Scandale Total : un crime contre l'humanité

C’est une révélation mais pas vraiment une surprise. L’entreprise Total ment depuis 50 ans. Depuis 50 ans, elle organise même la désinformation pour protéger ses profits.

Dès 1971, Total savait que ses activités étaient directement responsables du réchauffement climatique. Sans scrupule, elle a continué. Pire, Total a contribué sciemment à la fabrique du doute sur le dérèglement climatique en discréditant la science. À travers un lobbying agressif, la compagnie pétrolière a aussi tout fait pour empêcher la régulation de ses activités par des politiques climatiques exigeantes. Ce constat, c’est celui de 3 chercheurs. Ils nous le livre dans une étude inédite basée sur plus d’un demi-siècle d’archives et des entretiens avec d’anciens employés de Elf et Total.

Cette étude démontre une fois de plus, le cynisme des grandes compagnies pétrolières. Selon l’un des auteurs, les dommages causés par l’industrie pétrolière pour retarder une action efficace : “ont été énormes et auront des conséquences pendant des siècles voire pour le reste de l’histoire de l'humanité"

Ces compagnies ont littéralement volé le temps précieux d'une génération pour contenir la crise climatique. l’ampleur de ce que nous vivons aujourd’hui aurait pu être évitée ou du moins grandement amoindri, si, il y a 50 ans, des hommes en costard autour d’un bureau avaient choisi la vie plutôt que le profit….

Quelles ont été les stratégies de Total et Elf pour semer le doute et empêcher l’action face à l’urgence climatique ? En quoi sont-elles représentatives des actions des compagnies pétrolières ? Total pourrait-elle être condamnée pour cela ?

Retour sur un scandale qui engage la responsabilité des grandes compagnies pétrolières, de Total et de l’Etat. 

Crédits photo/illustration en haut de page :
Blast, le souffle de l’info

Soutenez Blast, le souffle de l’info

Likez, partagez, commentez

Vous souhaitez nous alerter sur un sujet ? Vous avez des infos qui vous semblent mériter que la rédaction de Blast les analyse, pour éventuellement enquêter dessus ?
Cette adresse mail vous est ouverte : enquetes.blast@protonmail.com (voir les instructions)