Belgique / Sans-papiers : chronologie d'une alerte

Le 15 juillet 2021, la presse néerlandophone Belge relayait une carte de blanche co-signée par une centaine d’artistes et d’intellectuels parmi lesquels Ken Loach, les frères Dardenne, Angela Davis, Brian Eno, le dessinateur Philippe Geluck, Peter Gabriel , Roger Waters -des Pink Floyd-, ou encore Costa Gavras, pour le monde du cinéma Français. Ces personnalités ont décidé d’alerter sur les conditions de 475 travailleurs « sans-papiers » qui sont lancés dans une grève de la faim depuis 60 jours. Ils réclament le droit à une existence légale.

Face à la surdité de secrétariat d’état à l’immigration, Sammy Madhi, flèche montante du parti flamand conservateur CD&V, le collectif de soutien aux sans-papiers a décidé de durcir de ton. Ces travailleurs occupent un emploi depuis plusieurs années Ils participent à l’économie et au tissu social depuis près de 10, 20 ou 30 ans. Certains sont nés sur le territoire.

Sammy Madhi, secrétaire d'Etat à l'immigration

Si la France (la loi Valls) et l’Espagne, pour ne citer que les pays voisins, proposent aux personnes qui peuvent justifier d’un emploi et d’une présence sur le territoire depuis une durée minimale, la possibilité d’une régularisation, la Belgique ne dispose pas de règles claires pour la régularisation de ces personnes. Or, selon un rapport de la Banque Nationale Belge, ils contribuent à près d’1,5% du Produit national Brut (PIB).


(c) Yves Lespagnard

Cette gestion de crise révèle en réalité la fragilité du gouvernement actuel. Soucieux de ne pas déplaire afin de ne pas perdre un électorat prêt - notamment en Flandres -  à donner sa voix à la NVA ou au très à droite Vlaams Belang, en tête des intentions de vote dans la partie nord du pays, les responsables politiques mènent une véritable « politique de l’intransigeance » à l’égard des « sans-papiers ». Sous pression, ils laissent penser que ne pas toucher au droit des travailleurs et travailleuses étrangers, c’est avant tout une affaire d’élection.

Au 3 Août dans un message que nous envoie Ahmed à 17h, nous apprenons que les sans-papiers de l’église du Béguinage sont menacés d'expulsion ou plutôt "sincèrement priés de quitter le Béguinage pour la mi-août", selon la novlangue officielle. En attendant, le mouvement des « sans-papiers » se poursuit.

Poursuivre :

Crédits photo/illustration en haut de page :
(c) Yves Lespagnard

Soutenez Blast, le souffle de l’info

Likez, partagez, commentez

Vous souhaitez nous alerter sur un sujet ? Vous avez des infos qui vous semblent mériter que la rédaction de Blast les analyse, pour éventuellement enquêter dessus ?
Cette adresse mail vous est ouverte : enquetes.blast@protonmail.com (voir les instructions)