Les histoires de dingues de Jean teulé

 Tout en me parlant de la soucoupe volante de son fils, la mère crachait dans la cuisine. A chaque fois, elle visait la poubelle, à chaque fois elle la ratait. A un moment, elle a visé la friteuse. Manque de bol, elle l’a eue du premier coup. Il m’en a fallu de la concentration pour ne pas envoyer des fusées partout en mangeant les frites 

La réédition d’un recueil d’histoires de France et d’ailleurs écrites et dessinées par Jean Teulé permet à Denis Robert de nous faire partager un « zoom arrière » de haute tenue, où on est à la fois nostalgique, hilare et surpris tant la matière de ces histoires est riche, protéiforme et abondante.

Teulé, 66 ans au compteur, romancier à succès spécialiste depuis une dizaine d’années d’enquêtes historiques, revient ici sur le livre dont il est le plus fier : Gens de France » (éditions Fakir, 2021). A sa sortie en 1990, « Gens de France » a eu deux prix au festival de BD d’Angoulême. Le premier était celui du « meilleur album de l’année ». Le second était le « prix spécial du jury pour contribution exceptionnelle au renouveau de la bande dessinée ». Cette récompense qui sentait le sapin a provoqué chez lui une irrépressible envie d’arrêter la BD et le dessin. Ce qui fut fait. Teulé bossait alors avec Choron et Cavanna chez Hara Kiri, mais c’est Bernard Rapp qui va le faire venir à la télévision pour faire de son album une version vidéo. Puis Alain de Greef va le rattraper pour qu’il rejoigne Canal Plus. Cinq ou six années où l’audiovisuel l’empêche d’écrire à temps complet. Mais Teulé va vite se rattraper et devenir écrivain de best-sellers.

Il nous livre des souvenirs intimes et inédits, nous raconte sa manière d’écrire, son dégoût de la vie politique, ses enthousiasmes, ses admirations, la trame de son prochain récit consacré à la bataille d’Azincourt. Surtout il revient sur ces 46 histoires de gens de France où on le voit tour à tour pénétrer et faire fermer un hôpital psychiatrique, hanter les rives de la Vologne, sauver l’honneur d’une jeune fille trop sensible, échapper à la drague d’une préfète très chaude, rêver au clair de lune, grimper dans une soucoupe volante, voir le Christ ressusciter sur le mur d’une bâtisse de Sierck les bains. On en passe et des plus drôles encore. Une heure de Zoom arrière émouvante, passionnante et hors du temps.

Crédits photo/illustration en haut de page :
Blast, le souffle de l’info

Soutenez Blast, le souffle de l’info

Likez, partagez, commentez

Vous souhaitez nous alerter sur un sujet ? Vous avez des infos qui vous semblent mériter que la rédaction de Blast les analysent, pour éventuellement enquêter dessus ?
Cette adresse mail vous est ouverte : enquetes.blast@protonmail.com (voir les instructions)