Résister face à l'univers médiatique saturé par l'extrême droite

« Joie après joie Victoire après victoire Gens de couleur de l’Afrique à Cuba C’est dans la victoire que l’homme n’a pas de couleur C’est dans la joie que l’unique couleur est la couleur de l’homme » Pier Paulo Pasolini (Rage)

Je devais emmener mon fils au basket hier car il y avait une grève des bus. Oui il y a toujours des syndicalistes, pas la CFDT qui elle est raisonnable, mais des cégétistes qui nous cassent les burnes avec leurs revendications salariales.

 He mec, tu ne peux pas déjà être content d’avoir un boulot…

Bref, je n’avais pas calculé la grève des bus et j’étais en pleine concentration éditoriale quand mon fils s’est pointé énervé, papa on va être en retard, dépêche-toi…

Putain tu fais chier, je suis en plein édito

Dans la voiture, après quelques minutes d’un silence pesant, mon fils 1m90, 17 ans me jette un regard de mâle, hétérosexuel, blanc et pubère :

C’est quoi ton truc d’édito là ? Ça sert à quoi ?

Il y a des moments de vérité dans la vie d’un éditorialiste blanc, hétérosexuel et d’un certain âge. C’en était un. La facilité eut été de dire, que mes éditos ne servaient à rien. Mais alors à rien du tout.

Et vous jouez contre Strasbourg dimanche ?

Mais je n’ai rien dit, j’ai allumé la radio. Thomas VDB m’a bien aidé sur France Inter.

Plus on approchait du gymnase plus je cherchais la parade. Et plus elle s’éloignait.

J’ai regardé mon fils et je lui ai demandé s’il connaissait Métropolis

Le manga ?

Non le film de Fritz Lang

De qui ?

Laisse tomber.

Le scénario de Métropolis a été écrit par la nana de Fritz Lang en 1924. Ça raconte l’histoire d’une ville du XXI siècle où les prolos usinent en sous-sol pour le bonheur d’une classe d’hyper riches qui se paient du bon temps à l’air libre. Elle s’appelait Théa von Harbou. C’était une vraie nazi. Quand elle est morte en 1955, on a retrouvé dans son salon un portrait d’Hitler.

Je sais, je pourrais revenir sur des tas d’évènements qui ont jalonné ces derniers jours.

Les Pandora papers ou comment on se faire blouser par une flopée d’arnaqueurs… des présidents, d’anciens ministres, des dictateurs, des sportifs, des milliardaires… Les paradis fiscaux… Le travail des hommes en sous-sol qui se fait siphonner par les banquiers et leurs clients déjà riches.

J’ai pas mal donné dans ce secteur et ça me fait toujours sourire de voir les journaux qui m’ont volé dans les plumes lors des premières leaks se refaire une virginité à bon compte.

Je note aussi qu’Emmanuel Macron et son ingénieur en chef Jean Castex, si prompt à commenter quand il s’agit de l’émigration, l’Algérie, le virus ou le prix du gaz ne pipent pas un mot quand leurs copains et leurs sponsors se font prendre, la mallette dans le coffre. C’est pesant ce silence.

Passons

Les manifs peau de chagrin des antipass qui finissent en guenille, usés par les stats des médias et les gaz policiers.

Les militants RN toujours aussi accueillants y compris avec les Afghans…

Benalla toujours aussi arrogant…

On a sorti une dizaine d’articles sur le Qatar. On est un petit consortium à 3 ou 4. Mais nous on n’a pas de réseaux, pas de gros journal en soutien. On n’a que vous… On va continuer à en sortir des documents inédits et accablants… Soyez attentif à notre site, on va revenir sur le financement de la guerre en Libye et sur la corruption active mise en place par Nasser El Khelaifi et ses amis qataris.

Fritz Lang avait quitté Théa von Harbou dix ans après la sortie de Métropolis en raison justement de sa furie nazi. Quand elle écrit ce film génial qui inspire encore aujourd’hui des tas de réalisateurs - Regardez Matrix ou Blade Runner - Théa est une sorte de communiste qui veut libérer le peuple du joug des aristocrates et des banquiers…

Juifs les banquiers ? Oui, ça on le comprendra plus tard.

Dans Métropolis, il y a déjà une odeur bizarre qu’on ne décèle pas au premier abord… le libérateur, le médiateur est aryen… mais bon…

Où j’en étais ?

Tapie est mort. Passons. Non ne passons pas… C’est dur de dire qu’un mort aussi sympa n’a pas été si parfait que le décrivent les travailleurs médiatique, mais j’ai le souvenir précis, j’étais alors reporter à Libération, de tous ces ouvriers dont les usines ont été reprises par Tapie et sa bande de prédateurs. Ces prolétaires, sans doute morts avant lui, qui pleuraient leurs emplois perdus, leurs fins de vies… Terraillon, Testut, Manufrance, La vie claire… etc…

Bon sinon ?

Sinon, une image m’a hanté et elle continue à occuper mon esprit. J’écris cet édito en pensant à elle…

Et à Zemmour et sa nana… Sarah Knafo… C’est français comme prénom Sarah ? c’est limite. Et le patronyme, c’est grec non ? La photo qui me hante n’est pas celle qui a fait la une de Paris Match, mais je voudrai y revenir quand même...

Je n’arrive pas à croire à la fiction du paparazzi. Je connais trop Zemmour et Gattégno, le patron de Match, pour imaginer le coup bas. Ils sont copains dans la vie, jouent au tennis ensemble, ont le même parrain. Bolloré. Ils se sont forcément appelés avant publication.

Je prends le pari qu’il n’y aura jamais de procès. Et que l’avocat de Zemmour qui était aussi celui de mon vieux copain Imad Lahoud, avec qui lui aussi il jouait au tennis, a autre chose à faire en ce moment pour son client que de mitonner une plainte en violation de vie privée sur une plage publique. Il y a d’autres violations chez Zemmour. Mais on s’en fout.

Zemmour et son meeting avec Onfray… Michel, tu m’échappes de plus en plus là… Ça me fait suer de te voir partir si loin moi qui t’ai tant aimé. Là, tu es devenu indéfendable… J’ai failli t’appeler… Et puis non, je préfère t’écrire… Michel, ouvre les yeux bordel, pense à ton ouvrier de père, à votre voyage au Pôle… Imagine qu’il se réveille et te voit à ce bal de faux culs et de fachos…

Zemmour, je sais. Plus on en parle, plus il grimpe dans les sondages et torpille la droite et le RN. Ce qui, en soi, n’est pas une mauvaise nouvelle. Dois-je en ajouter une couche ?

Allons-y

Zemmour n'a jamais dirigé que lui-même : c'est un peu court pour diriger un État, non ?

Surtout quand, visiblement, on se préoccupe surtout de peloter les filles. Je sais, je suis mauvais, mais je n’invente rien. Zemmour c’est un petit mec qui n'a jamais vendu que des mots sur du papier, c'est léger pour se cogner un État, non ?

Macron avait quand même été banquier, il avait aidé au rachat du Monde, à celui d’Adrexo. Il avait vendu un bout de Nestlé à Pfizer et fait un an de préfectorale au Niger.

Avez-vous déjà ouvert un livre d’Eric Zemmour ? C’est franchement de la merde en barre. Je ne parle même pas du fond mais de la forme : trivial, banal, sans grâce, plein de citations et de name droping, vulgaire. Zemmour, avant d’écrire ses bouquins, il va sur le site d’Alain Soral et il ajoute de la flotte. Autant lire l’original. Vraiment. Zemmour en livres, quelle découverte ou idée nouvelle ? Aucune. Le grand remplacement piqué à Renaud Camus. La France qui disparait, se noircit, s’islamise. Ses stats bidonnées. Son obsession d’une chrétienté révolue. Blablabla.

Tu lis Zemmour et t’as envie de te suicider. Le gars est un conteur, un vulgarisateur du fachisme ambiant. Le retour des bottes. Réfléchissez deux secondes à ce qu’il adviendrait s’il gravissait les échelons médiatiques au point d’arriver aux portes de l’Elysée. Ce pays en est là… De Mitterrand à Zemmour. Du RPR au RPZ. Non, c’est une blague.

Zemmour pose de mauvaises questions pour inventer de bonnes réponses. Tout est vicié à la base. A commencer par cette folie de grand remplacement. Du grand basculement. Du grand n’importe quoi.

On est chez Fritz Lang là ou chez Orwell. La manipulation des esprits faibles. La fabrication d’un passé glorieux et simpliste. L’invention d’un ennemi de l’intérieur.

Au XXIe siècle, soit de nos jours, une métropole à l'architecture fantastique vit sous la domination d’oligarques. Ils se prélassent dans des villas luxueuses, tandis qu’en bas la plèbe survit en faisant tourner les machines. La copine de Lang précise que son scénario « ne sert aucune tendance, aucune classe, aucun parti. Il est une aventure qui s’organise autour d’une idée : le médiateur entre le cerveau et la main doit être le cœur ».

Le fils du Maître de la ville découvre l'existence de ce monde souterrain, où se rencontrent en secret les ouvriers révolutionnaires. Pendant ce temps, un savant invente une femme-robot qui doit détourner les ouvriers de leur révolte. C’est incroyablement moderne et prémonitoire. C’est post marxiste, puisque les robots sont de la partie. Et compliqué car le médiateur est amoureux d’une ouvrière. C’est elle la plus forte. Un peu comme Sarah Knafo.

Zemmour fait son beurre grâce à la vache à lait médiatique. Ruquier, Naulleau, Onfray, Bolloré et toutes les (bip) de Cnews.

J’emprunte son style. Laurence Ferrari, Sonia Malbrouk, Christine Kelly. Passeuses de plats. Vous êtes comme la déesse robotisée de Métropolis. Réveillez-vous les filles… Zemmour c’est le produit de nos lâchetés. C’est un écrivain très moyen qui papillonne et se couvre avant chaque entrée en scène d’un vernis historique frelaté. Il peut impressionner par sa singularité et son bagout. Mais bon…

L’époque a atteint son niveau le plus bas de la connaissance historique. Je veux dire de l’histoire. Et de la vie politique de ce pays. On est chez Big Brother. L’ignorance est la règle. La vérité, il faut prendre le temps d’aller la dénicher.

Zemmour explique bien que Pétain a sauvé des juifs alors qu’il les a envoyés aux chambres à gaz. Zemmour, il pue cette odeur-là.

Hey les filles, Relisez René Girard. Relisez Bourdieu et Derrida. Relisez Levy Strauss et Michel Serres. Relisez la chute de Rome et les philosophes, les stoiciens.

Cette époque est devenue tellement débile, médiatic toc et sans mémoire que cette arnaque-là marche.

Zemmour, franchement, si c’est un intellectuel ou un homme d’Etat, moi j’suis M’Bappé.

Zéro idée. Zéro découverte. Et surtout zéro perspective.

Il est comme un lapin dans un phare. Comme il est le seul lapin, la lumière le prend. Et il devient phosphorescent.

Franchement, Zemmour tu ne connais rien à la finance, rien à l’économie, rien à la porosité des États, rien à la culture. Je ne parle pas de tes lectures de bouquins historiques ou de la cinquième de Béthoven. Je parle du Raï, des livres de Modiano ou de Cavannna. Je parle des films de Ken Loach ou de Bunuel. Tu ne connais rien à l’Afrique, rien au Moyen Orient, rien au monde, rien à la science, rien à rien. Même en foot t’es nul. T’es un homme de salon. Une sorte de BHL à l’envers. Lui, c’est chez Pinault qu’il va diner avec Macron. Toi, c’est chez Bolloré avec Pascal Praud.

Bon, j’arrête.

L’image qui me hante c’est celle-là. Cette une de Causeur.

C’est l’image la plus raciste que j’ai vue depuis très longtemps. Elle me blesse. Elle me tue. Elle me fait honte. Elle participe pleinement à cette Zemmourisation du monde. J’ai acheté Causeur ce journal aux idées aussi courtes et basses de plafond que l’étaient le Cri du peuple, le journal de Doriot ou Gringoire de Drieu La Rochelle et Francis Carco. Ça schlingue.

Souriez-vous êtes grand remplacés, écrit son rédacteur en chef en alignant des bébés. Un blanc à l’extrême droite avec un rebeu, un chintock, un métisse et un black à l’extrême gauche. Pas de filles. Ils sont cinq petits garçons à nous dévisager dans tous les kiosques à journaux du pays. Enfin, le peu qui reste.

L’histoire est simple. France Stratégie, organisme respectable et public, fait des statistiques et des cartes qui montrent que dans les quartiers où les émigrés sont nombreux ou parqués, des bébés naissent avec des noms à consonance non européenne. Et donc, les journalistes de Causeur rassemblent toutes ces villes et ces quartiers de Saint Denis, Rennes ou Limoges et inventent une théorie selon laquelle les français de souche (car il faut bien leur donner une appellation contrôlée) serait en nette diminution, voire en phase de disparition face aux étrangers. Je résume.

Tout cela est labellisé par un « observatoire » citoyen « de l’immigration et de la démographie ». Jamais France Stratégie de dit cela. Mais partout les causeurs jouent sur cette ambiguïté. J’ai pris la peine de lire leur dossier. C’est accablant de bêtise, de raccourcis, d’absence de rigueur. Le point d’orgue de la démonstration c’est La Courneuve où les gars révèlent que 75% des 0-18 ans sont nés de parents immigrés extra-européens. Non franchement, j’me marre. En quoi cela est-il étonnant ? En quoi la France serait la Courneuve ? Et pourquoi jeter l’opprobre sur un quartier qui soufre surtout du mal logement et de la pauvreté. Pourquoi vous n’allez pas à Neuilly ou à Saint Trop faire vos interprétations de stats ? C’est délirant. Et ça repose sur une ignominie. Pourquoi un type qui s’appelle Benzema ou Diabaté serait moins français qu’un type qui s’appelle Robert ou Deschamp ?

Tout me tombe des mains dans ce journal nauséabond où 30 pages reposent sur cette élucubration visant à nous faire croire que les maternités regorgent de bébés qui quoi ? ne le dites à personne, mais ils cachent des poignards et des Coran sous leurs oreillers. Dans dix ans, dès qu’on va leur tourner le dos, ils vont nous égorger…

On invente des peurs et des stats pour justifier d’un racisme qui ne se cache plus. Et on met des bébés en photos. J’ai honte pour vous Élisabeth Lévy. J’ai entendu vos justifications quant à la liberté d’expression et vos vociférations de chroniqueuse rivée à cette idée stupide selon laquelle nous serions remplacés. Mais par qui ? Des bébés noirs. Ils sont aussi français que vous et moi.

Je connais un journaliste à Causeur. On est même plutôt pote. Qu’est-ce que tu attends pour te barrer ? Viens à Blast, nous au moins, on ne milite pour rien d’autre que regarder le monde en face. Je vous rappelle à ce propos que si vous voulez que je continue à produire ce genre de contenu qui va énerver la fachosphère et persévérer dans nos enquêtes, nous avons besoin de vos soutiens. Je vous rappelle que personne ne s’enrichit chez Blast. Et que tout est réinvesti dans l’outil de travail. On n’est pas financé par des membres d’Ordre nouveau, de riches familles cathos intégristes, de militants nationalistes ou par Xavier Niel comme l’est Causeur.

Ils sont stupides et fatigants avec leurs prêches selon laquelle nous serions en voie d’islamisation, d’africanisation et quoi encore ? de négritude ? de créolisation ? C’est dangereux, glissant. Vous attisez les haines. Vous soufflez sur des braises.

Cette photo de bébés est une injure à l’humanité et à l’intelligence.

Je la vis comme un crachat.

Vous m’insultez. Élisabeth Levy, vous et vos amis monomaniaques Eric Zemmour et Renaud Camus. Vous craignez des choses qui n’existent que dans vos interprétations statistiques complétement frelatés.

Tu vois Nell, ça sert à ça un édito. C’est ce qui vient juste avant la guerre. Si on t’empêche de parler, de penser, si tu laisses les autres occuper le terrain, t’es foutu. C’est comme au basket, il ne faut jamais baisser les bras.

Mon petit fils a cinq mois, il s’appelle Leïti (Diawara-Robert). Son père est musulman. Sa mère agnostique, comme moi. Ses grands-parents sont maliens et croyants. Ma mère était italienne et catholique. Mes grands-parents alsaciens et lorrains. Leïti est riche de tout cela. Il est français. Il n’a envie de remplacer personne. J’ai envie qu’il ait une belle vie, mais il est tombé dans une sale époque, où des idiots malsains et sans mémoire lui inventent des intentions qu’il n’a pas.

Vous connaissez la chanson d’Higelin…

Les gens épouvantés fuient le mal qui est en eux

Quand vous en croisez un dans le désert

Il trouve encore moyen de détourner les yeux

Car son frère lui fait peur. Alors il se précipite en pleurant dans les bras du premier Colonel venu …

Alertez les bébés !

Allez salut

Crédits photo/illustration en haut de page :
Blast, le souffle de l’info

Soutenez Blast, le souffle de l’info

Likez, partagez, commentez

Vous souhaitez nous alerter sur un sujet ? Vous avez des infos qui vous semblent mériter que la rédaction de Blast les analysent, pour éventuellement enquêter dessus ?
Cette adresse mail vous est ouverte : enquetes.blast@protonmail.com (voir les instructions)