The Camp, une vision mais… laquelle ?

A Aix, Marseille et au-delà, tous les interlocuteurs louent la « vision » de Frédéric Chevalier. Il est (était) l’homme providentiel, on l’a compris. Difficile de savoir si l’histoire aurait été différente si le fondateur de The Camp avait survécu. Reste le résultat actuel, et des questions qui se posent sur le modèle qu’il avait imaginé. Ne s’agissait-il pas en réalité uniquement d’une opération foncière, puis immobilière ?

« Il n’avait pas encore trouvé de modèle économique quand il a lancé The Camp, confie un consultant, qui a travaillé avec lui et qui l’admirait. Il ne savait pas encore lui-même où il allait. Il était comme ça, il lançait des trucs et il s’adaptait au fur et mesure ».

Vidéo institutionnelle à la gloire de The Camp.

Lorsqu’on se penche sur l’histoire du terrain sur lequel le campus du futur a été construit, comprendre ce qui s’est passé n’a rien d’évident. En 1997, le syndicat mixte du technopole de l’Arbois achète ici plusieurs parcelles à la commune d’Aix et à des propriétaires privés, pour plusieurs dizaines de millions de francs. En décembre 2015, le même organisme redécoupe les parcelles puis vend des terrains à The Camp.i (la société de gestion immobilière) pour 1,9 millions d’euros. Y-a-t-il eu ici une sorte de subvention déguisée, par la vente à un prix inférieur de la valeur vénale du terrain, pour donner un coup de pouce au projet ? Le code général des collectivités territoriales est formel : les cessions par les collectivités à titre gratuit ou à un prix inférieur à la valeur du bien sont en principe interdites [1].

Le 1er décembre 2015, le syndicat mixte de l'Arbois cède le terrain où The Camp pose le camp. Prix de vente ? 1,9 millions d'euros (document publicité foncière)
Le 1er décembre 2015, le syndicat mixte de l'Arbois cède le terrain où The Camp pose le camp. Prix de vente ? 1,9 millions d'euros (document publicité foncière)

Aiguillés par les documents que nous nous sommes procurés, nous avons sollicité le syndicat de l'Arbois pour avoir des explications. Pas de réponse. Au moment de la vente, en décembre 2015, son président s’appelle Jean-Marc Perrin. Il vient de remplacer Alexandre Medvedowsky, fabusien bon teint parti en catastrophe en mai 2015. La chambre régionale des comptes venait d’épingler la gestion du syndicat : « l’application des règles de la commande publique souffre de nombreuses insuffisances, sources d’irrégularités », écrivaient notamment les magistrats de la CRC, au sujet d’un organisme dont le nom apparaît par ailleurs à de nombreuses reprises dans le dossier et l’affaire Guérini.

26 mars 2021, Aix-en-Provence, la photo du fondateur est toujours là. Comme une présence indépassable...
26 mars 2021, Aix-en-Provence, la photo du fondateur est toujours là. Comme une présence indépassable...
(Crédits Antoine Dreyfus / Blast)

A titre personnel, Frédéric Chevalier avait investi 10 millions d’euros dans la partie immobilière (plus 2 millions dans la société d’exploitation). On l’a vu, le montage avec l’activité de services est favorable aux actionnaires de la société immobilière [2]. Même si Pascale Chevalier, la veuve et héritière du fondateur, a pesé de tout son poids - c’est à souligner - pour empêcher que l’exploitation ne soit soldée au profit des banques, il y a de quoi susciter à nouveau l’intérêt des fonctionnaires de la chambre régionale des comptes. Et à défaut d’un élan nouveau et fort, The Camp a toutes les chances de devenir à moyen terme un étrange hôtel perdu dans la garrigue, au milieu d’une zone d’activité. Un établissement à 85 millions financé en partie par l’argent du contribuable. Ça fait cher la nuitée, même pour rêver au futur…

Le off de l’enquête Blast

S’ils se bousculaient au moment de son lancement, s’ils étaient encore très nombreux à sauter sur le premier micro qui se pointait il y a seulement quelques mois, visiblement, les promoteurs, sponsors et admirateurs qui chantaient la gloire de The Camp ont désormais autre chose à faire. Bien difficile par conséquent de trouver quelqu’un qui accepte de répondre aux questions du journaliste qui se présente.

Pour les besoins de notre enquête, nous avons cherché à multiplier les sources et à interroger les acteurs de cette histoire. Du côté des collectivités locales (métropole, département, région, ville d’Aix), c’est le silence radio. A la Métropole, on nous a bien promis de trouver un élu et de nous rappeler, mais on attend toujours. Chez Provence promotion - l’agence de développement territorial qui a monté le voyage de presse dans lequel nous nous sommes invités -, on n’avait semble-t-il pas trop envie de nous voir débarquer, si on s’en tient au peu d’entrain à nous intégrer à cette charmante balade. Ce qui explique notre rendez-vous manqué (pour un jour), mais nous a aussi permis de constater de visu la réalité de la vie sur place.

A The Camp, on semble également débordé puisque les nombreuses questions soulevées par nos découvertes n’ont suscité au départ aucune réaction. La direction n’a d’abord pas jugé utile de nous répondre. Sauf quand nous avons interrogé Olivier Mathiot au sujet de son départ prochain - que beaucoup tiennent pour acquis mais qu’il a démenti par un texto –, puis de sa rémunération. Service minimum, donc.

Du côté de la macronie, qui s’est débattue pour faire prendre la mayonnaise, Cédric O comme Mounir Mahjoubi n’ont pas donné suite. Pas plus que Pierre-René Lemas, désormais président du réseau d’entrepreneurs France active depuis sont départ fin 2017 de la Caisse des dépôts. Une façon de solder la fin d’une histoire dont ils ont été (notamment les deux premiers) des narrateurs enfiévrés, et qui s’est transformée en accident industriel ?

Notes

  • 1 : Le code ajoute : « Les collectivités territoriales peuvent, cependant, consentir des rabais sur le prix de vente ou sur la location de biens immobiliers, en application des dispositions prévues aux articles R. 1511-4 et suivants du CGCT. »
  • 2 : THECAMP.I, Société par action simplifiées au capital de 9, 68 millions d’euros, loue (pour plus de 2,2 millions) le campus à la société The Camp qui l’exploite.

Poursuivre

Crédits photo/illustration en haut de page :
Architecture - The Camp Birdeye