Une ZAD pour s’opposer au Grand Paris express

Un groupe de militants écologistes a entamé depuis le 7 février l'occupation du triangle de Gonesse, une zone agricole proche de l’aéroport de Roissy. Ils s’opposent au projet d'installation d’une gare du Grand Paris Express.

Les zadistes sont pour l’instant une douzaine à se relayer, répartis dans quelques tentes autour d’un point d’eau et d’électricité. Le but des militants, proches du Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG), est de défendre les 280 hectares de terres agricoles situées à quinze kilomètres de Paris. La zone, interdite à l’habitat car coincée entre les aéroports Paris-Charles de Gaulle et du Bourget, devait devenir un méga complexe commercial et de loisir Europacity. Mais le projet a été abandonné en novembre 2019 par Emmanuel Macron. Le nouveau plan d'aménagement prévoit d’y construire une gare de la ligne 17 du métro du Grand Paris et une ZAC (zone d’aménagement concerté) avec bureaux d’ici 2027.

"Nous revendiquons l'abandon du projet de gare et de ZAC, pour que le projet agricole alternatif que nous portons puisse commencer", a déclaré Bernard Loup, le président du Collectif. Ce projet agricole de l'association Carma, comprendrait notamment l'installation d'activités maraîchères et horticoles dans une dynamique de circuits courts.

Bayou soutient, Pécresse demande l’évacuation



Valérie Pécresse, présidente (Libres !) de la région Ile-de-France, a réclamé ce mercredi l'évacuation de la Zone à défendre (ZAD). "Le sujet est simple : c'est une occupation illégale du domaine public qui bloque la réalisation d'un métro qui est attendu par 1,5 million d'habitants dans le Val-d'Oise" a-t-elle expliqué. Elle évoque d’ailleurs une centaine de militants présents sur le site, ce que conteste l’association. L’élue souligne également que cette action pénalise les habitants de territoires pauvres comme Villiers-le-Bel, Garges, Gonesse, Sarcelles qui dépendent des transports en commun pour se déplacer.

Julien Bayou, le secrétaire national d'EELV, a, lui, apporté son soutien aux occupants des terrains. Les écologistes ont déjà remporté une victoire importante cette semaine avec l'annonce de l'abandon de l'extension de l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle.

Une décision qui joue en faveur des zadistes. Dans une lettre adressée à Jean-Castex le 10 février, la Fédération nationale des usagers de transports (Fnaut) demande le gel des travaux de la ligne 17, qu’elle juge prématurés. En effet, la fin du projet Europacity cumulé avec l’abandon du terminal 4 de Roissy fait planer de sérieux doutes sur l’intérêt socio-économique de la ligne et de l’urbanisation de la zone. La Fnaut craint que le projet aboutisse à une gare isolée en rase campagne, ce qui constituerait un gâchis d'argent public. Le coût des travaux est estimé à 3 milliards d’euros.

Crédits photo/illustration en haut de page :
Daniel Maunoury/Abaca