EACOP : Total met le feu à la planète, l'État complice

EACOP, ce nom est inconnu pourtant c’est l’un des projets les plus climaticides en cours. EACOP c’est “l’Oléoduc de pétrole brut d’Afrique de l’Est” : un méga projet pétrolier porté principalement par Total Energies en Ouganda et en Tanzanie. S’il voit le jour, ce sera le plus long oléoduc chauffé au monde : 1443 km de long et il contribuera à émettre 34 millions de tonnes de CO2 par an, soit 6 fois les émissions de l’Ouganda. À l’heure où les scientifiques du GIEC mais aussi l’Agence Internationale de l’Énergie demandent l’arrêt immédiat de tout nouveau projet fossile, le projet EACOP, est non seulement une aberration qui rapproche le monde d'une catastrophe climatique, mais aussi une bombe sociale dénoncée partout à travers le monde. Le mouvement #StopEACOP a déjà réuni près de 265 ONGs opposées au projet. En France, on en parle peu et beaucoup pourraient ne pas se sentir concernés, et se dire qu’après tout, cela se passe en Afrique de l’Est. Mais ce projet va affecter le monde entier et pose une question essentielle : celle de la justice climatique. Alors que de nombreuses voix s’élèvent pour mettre fin au projet, les répressions sont toujours plus importantes contre les opposants, tant en Ouganda qu’en Tanzanie qui sont deux régimes autoritaires. Les activistes n’ont donc d’autres choix que de venir en Europe pour alerter les dirigeants et notamment la France. Les multinationales fossiles sont-elles inarrêtables ? Combien de temps encore leur avidité passera avant la vie, avant notre avenir ? Décryptage.

À l’heure où les scientifiques du GIEC mais aussi l’Agence Internationale de l’Énergie demandent l’arrêt immédiat de tout nouveau projet fossile, le projet EACOP, est non seulement une aberration qui rapproche le monde d'une catastrophe climatique, mais aussi une bombe sociale dénoncée partout à travers le monde. Le mouvement #StopEACOP a déjà réuni près de 265 ONGs opposées au projet.

En France, on en parle peu et beaucoup pourraient ne pas se sentir concernés, et se dire qu’après tout, cela se passe en Afrique de l’Est. Mais ce projet va affecter le monde entier et pose une question essentielle : celle de la justice climatique. Alors que de nombreuses voix s’élèvent pour mettre fin au projet, les répressions sont toujours plus importantes contre les opposants, tant en Ouganda qu’en Tanzanie qui sont deux régimes autoritaires. Les activistes n’ont donc d’autres choix que de venir en Europe pour alerter les dirigeants et notamment la France.

Les multinationales fossiles sont-elles inarrêtables ? Combien de temps encore leur avidité passera avant la vie, avant notre avenir ? Décryptage.

Pour aller plus loin :

S’engager :

www.stopeacop.net

https://decryptage.riftapp.fr/EACOP

https://350.org/fr/investisseurs-stoppez-total/

www.totalautribunal.com

En savoir plus sur les impacts du projet et la complicité de l’Etat français :

Rapport, Un cauchemar nommé Total, des Amis de la Terre France et Survie, 2020 https://www.amisdelaterre.org/un-cauchemar-nomme-total/

Rapport Nouveaux gisements, même histoire ? A la croisée des chemins pour éviter la catastrophe en Ouganda, de la FIDH, 2020. https://www.fidh.org/fr/regions/afrique/ouganda/petrole-en-afrique-de-l-est-les-communautes-en-danger

Rapport Comment l'Etat français fait le jeu de Total en Ouganda, des Amis de la Terre France, l’Observatoire des multinationales et Survie, 2021 https://www.amisdelaterre.org/letat-francais-fait-le-jeu-de-total-en-ouganda/

https://www.amisdelaterre.org/wp-content/uploads/2019/09/dp-total-mise-en-demeure-pour-ses-activites-en-ouganda.pdf

Crédits photo/illustration en haut de page :
Blast, le souffle de l’info

Soutenez Blast, le souffle de l’info

Likez, partagez, commentez

Vous souhaitez nous alerter sur un sujet ? Vous avez des infos qui vous semblent mériter que la rédaction de Blast les analyse, pour éventuellement enquêter dessus ?
Cette adresse mail vous est ouverte : enquetes.blast@protonmail.com (voir les instructions)