Comment les banques condamnent notre avenir

Alors que l’année 2020 est désormais la plus chaude jamais enregistrée en Europe, 2021 devrait être l’une des pires en matière de hausse des émissions de gaz à effet de serre. La première cause de ce rebond dramatique : une reprise économique mondiale qui profite aux énergies fossiles : charbon, pétrole et gaz .

Et les grandes banques sont parmi les premières pointées du doigt pour avoir accouru au chevet des entreprises des énergies fossiles en pleine crise économique et effondrement de la demande de pétrole. En France, par exemple, depuis janvier 2020, les grandes banques ont injecté près de 81 milliards d’euros dans ces entreprises, avec notamment une augmentation de 22 % entre 2019 et 2020.

Selon de nombreux experts, nous sommes donc en train de répéter les mêmes erreurs qu’après la crise de 2008, où les émissions avaient augmenté de plus de 6 % alors que les Etats tentaient de stimuler leurs économies avec des énergies fossiles bon marché.

Pourquoi c’est grave ? Parce qu’à ce rythme-là, nous nous éloignons d’une trajectoire de réchauffement limité à +1,5 °C, qui est demandée par tous les climatologues

Cette trajectoire exige de réduire chaque année de 6 % la production mondiale d’énergies fossiles d’ici 2030. Pourtant selon, le production gap qui été lancé en 2019 pour mesurer l’écart entre les engagements pris par les 183 Etats qui ont ratifié l’accord de Paris et leurs prévisions de production de pétrole, charbon et gaz, les projections actuelles prévoient une augmentation de 2% par an. Le double de ce qui doit être produit pour éviter de dépasser les 1,5°C.

Évidemment tout cela ne pourrait arriver sans financement. La finance est un levier essentiel pour limiter le réchauffement climatique sous la barre critique des 1,5°c de réchauffement, et pourtant elle incarne aujourd’hui un blocage systémique à la transition. Le système économique actuel nous enferme donc dans sa dépendance aux énergies fossiles. Et par là, condamne toute nos chances de respecter les accords de Paris.

Pourquoi les banques sont-elles aussi accro aux énergies fossiles ? Comment sortir de ce cercle vicieux ? Quelles sont les solutions pour réguler le secteur ? Que pouvons-nous faire à notre échelle pour ne pas participer, malgré nous, à ces investissements climaticides ?

C’est le sujet de cette vidéo de Paloma Moritz.

Pour aller plus loin

Crédits photo/illustration en haut de page :
Blast, le souffle de l’info

Soutenez Blast, le souffle de l’info

Likez, partagez, commentez