Qatar : La recette strasbourgeoise anti Coupe du monde

Le « maquis Alsace-Lorraine » organise ce dimanche 19 décembre une seconde action coup de poing dans le centre-ville de Strasbourg. En ligne de mire de cette coalition citoyenne, le boycott d’une compétition dont la mise en œuvre a coûté la vie à plus de 6 500 travailleurs migrants – pour construire les stades de ce Mondial de la honte.

Pour le lancement de leur campagne, ils avaient opté pour un stade de foot. Celui de la Meinau, devant lequel ils s’étaient rassemblés le 21 novembre dernier pour un « Carton rouge pour le Qatar ». Devant les fans du Racing Club de Strasbourg venus supporter leur équipe opposée ce jour-là au Stade de Reims, cinq militants s’étaient allongés au sol, recouverts d’un liquide rouge, au milieu d’ossements factices. Sous une banderole noire flanquée d’un slogan choc : « Le Qatar pue la mort ».

Créée il y a quelques semaines, la coalition locale d’Alsace-Lorraine regroupe onze citoyens. Ils se disent défenseurs des Gilets jaunes, militants des droits sociaux, écologistes, féministes et LGBTQI+. Ensemble, ils veulent dénoncer les conséquences humaines et écologiques de l’organisation de la compétition. « 6 500 esclaves sont morts dans le désert », rappellent-ils. Pour ces militants, dont certains sont des passionnés de football, l’annulation de l’événement est la seule issue envisageable. Ils se laissent un an pour y parvenir. Un pari qui peut faire sourire, tant le rapport de force semble déséquilibré face à un pays comme le Qatar, dont la puissance se mesure à l’aune du carnet de chèques et d’une presse d’une folle complaisance devant un Etat qui a trouvé avec le football, dont il est aujourd’hui un acteur majeur, un incomparable moyen d’influence.

Blocages, hommages, minutes de silence

Mais ces idéalistes maquisards n’en ont cure. Ils lancent ce dimanche, toujours à Strasbourg, leur deuxième action de sensibilisation. Jusqu’au printemps, le Maquis joue sa « première mi-temps », privilégiant les actions de communication auprès des joueurs, des clubs et des instances sportives, publiques comme privées. Des mises en scène et des opérations collages ciblent par ailleurs les supporters, devant les stades et les enseignes sponsors de la Coupe du monde au Qatar.

La mobilisation devrait monter en puissance, par la suite. « Nous comptons laisser encore du temps à la FFF [Fédération française de football] et aux joueurs, explique à Blast Ariel, sous pseudonyme, pour réfléchir, discuter, répondre ». Lui et ses amis siffleront la « deuxième mi-temps » une fois passé le cap du printemps, avec des actions cette fois plus « directes ». Parmi celles-envisagées, des blocages d’entraînements ou des intrusions dans les conférences de presse.

Le plan d’attaque est en cours d’écriture et le mouvement, qui se veut ouvert à tous, appelle les bonnes volontés à se manifester et proposer d’autres idées dans « le plus strict respect de la loi ». Le site internet du « maquis Alsace-Lorraine » répertorie déjà un éventail de propositions. Pêle-mêle, sont proposés des hommages aux victimes, des criées publiques, des minutes de silence lors des matchs du PSG (détenu par le Qatar) ou des plantations d’arbres et de fleurs dans les stades en hommage à la résistance contre l’organisation de la Coupe du monde de 1978 en Argentine (à l’époque au plus grand profit de la junte des colonels de Videla, alors au pouvoir). Plus étonnant, des cérémonies… de malédictions et de sortilèges sont aussi évoquées pour « faire un appel du pied aux fédérations féministes, et aux mouvements de sorcières comme les Witch Bloc ». Les militants du « maquis Alsace-Lorraine » tentent en particulier d’attirer l’attention de la star norvégienne Ada Hegerberg, premier ballon d’or du football féminin, la seule à avoir boycotté la Coupe du monde féminine 2019 organisée en France, au nom de l’inégalité salariale entre les joueurs et les joueuses. 

Les sponsors ciblés

Si l’initiative reste pour l’instant très localisée, Ariel espère faire des petits et voir fleurir des maquis dans d’autres régions françaises. Pour mobiliser, la coalition locale tente de rallier à sa cause des groupes de supporters déjà constitués, dont certains rassemblent des milliers de personnes. Depuis plusieurs semaines, des contacts ont été pris.

Le 21 novembre, aux abords du stade de la Meinau, la première action des maquisards a été plutôt bien accueillie. « Certains nous ont applaudis, d’autres nous ont remerciés, souligne un des participants. On a été agréablement surpris par leur soutien. »

Les mouvements altermondialistes, déjà opposés aux multinationales qui financent l’événement, sont également l’une des cibles principales de la campagne « Carton rouge pour le Qatar ». « Lorsque Christiano Ronaldo avait écarté une bouteille de Coca-Cola en conférence de presse, relève-t-on au« maquis Alsace-Lorraine », ça avait eu un impact en bourse. Ces échecs-là sont lourds de conséquences pour les entreprises. »

Ce dimanche, c’est donc dans le centre-ville de Strasbourg, dans un endroit tenu secret jusqu’à ce matin, que se poursuit la campagne. Pour ceux qui encore hésiteraient encore bien qu’intéressés par le sujet, le maquis a publié une recette « faite maison » pour protester à petite échelle dans sa ville. Avec également cette précision : il est « formellement interdit d’obéir aveuglément aux instructions ».


Pour aller plus loin :

Depuis mai, Blast a publié une série d’enquêtes sur le Qatar. Nos journalistes ont notamment montré comment le Qatar s’est offert la Coupe du Monde de 2022 

Crédits photo/illustration en haut de page :
(c) Le maquis Alsace-lorraine

Soutenez Blast, le souffle de l’info

Likez, partagez, commentez

Vous souhaitez nous alerter sur un sujet ? Vous avez des infos qui vous semblent mériter que la rédaction de Blast les analyse, pour éventuellement enquêter dessus ?
Cette adresse mail vous est ouverte : enquetes.blast@protonmail.com (voir les instructions)