Une histoire de la gravité : 2 500 ans de découvertes scientifiques et de questionnement philosophique

En s'intéressant à l’étude du principe de la gravité à travers plus de deux mille cinq cents ans d’histoire des sciences et des idées, Jo Jin- Ho propose un livre qui dépasse largement son objectif de vulgarisation scientifique. Son travail interroge le besoin universel de comprendre le monde et dresse le portrait de dizaines d’individus qui se sont dressés contre les présupposés de leurs époques à partir d’intuitions ou d’observations.

Couverture de Gravité Express
©Jo Jin-ho

Qu’est-ce qui fait tomber les choses au sol ? Cette question en apparence si simple avait déjà été abordée en bande dessinée sous un angle humoristique, lorsque Gotlib s’amusait à dessiner Isaac Newton assommé par une pomme, matière à “running gag” de ses célèbres Rubriques-à-Brac. Quelques décennies plus tard, le coréen Jo Jin-Ho s’empare de la même question, pour livrer cette fois un incroyable roman graphique de trois cent pages, qui s’il n'occulte pas complètement l’humour aborde le sujet avec le plus grand sérieux sous les dimensions historique, scientifique, et surtout philosophique.

L’ouvrage, initialement publié en Corée en 2012 a connu un succès retentissant dans son pays d’origine avant de rencontrer un sort identique en Chine et au Japon. Sa première traduction en français dix ans plus tard inaugure une collection de bandes dessinées dédiée à l’auteur, qui proposera trois nouveaux volumes consacrés à la génétique, à l’atome puis à l’évolution à la suite de celui-ci.

Extrait de Gravité Express
©Jo Jin-ho

Les scientifiques qui rêvent et ceux qui mesurent

En couvrant près de deux mille cinq cent ans de questionnements scientifiques, d’Anaximandre (VIe siècle avant JC) à Albert Einstein en passant par Aristote, Platon, Copernic, Galilée ou Descartes, Gravité Express ne se limite pas à proposer un travail de vulgarisation scientifique, aussi brillant soit-il. Il raconte aussi une passionnante histoire de la recherche scientifique, en ramenant chaque découverte à la dimension fondamentale de la science : répondre à des questionnements existentiels.

Extrait de Gravité Express
©Jo Jin-ho

Einstein aimait à expliquer que s’il avait fait de grandes découvertes c’est parce qu’il était nul à l’école : le fait de ne pouvoir maîtriser correctement les concept scientifiques avant l’âge adulte à la différence de tous ses pairs l’avait, disait-il, forcé à s’interroger avec l’innocence d’un enfant sur chaque fait représentant pour les autres une évidence. Gravité Express raconte l’histoire de ces dizaines de scientifiques qui, comme Albert Einstein, n’ont pu se résoudre à voir tomber un objet

au sol sans s’interroger sur les raisons de cette chute. Jo Jin-Ho s’amuse à classer ces scientifiques en deux catégories : ceux qui découvrent en rêvant, et ceux qui mesurent ou comptent, très rares étant - selon lui - ceux qui disposent à la fois des capacités d’imagination et de rationalité. A un Galilée qui accède à une découverte fondamentale en rêvant d’un bateau volant, s’oppose ainsi par exemple Pythagore, qui transpose chaque aspect du monde sensible en équations.

Mettre les intuitions à l’épreuve, sans relâche

Face au problème de la gravité, les civilisations anciennes trouvent des réponses d’ordre spirituel, généralement intégrées à une cosmologie simple. Les babyloniens imaginent le monde comme un espace fermé, sorte de coquillage géant permettant de faire passer l’eau de pluie par certains trous. D’autres civilisations (les Hébreux, les péruviens) supposent qu’un monde au-dessus des hommes est celui d’un ou plusieurs dieux, ceci permettant d’expliquer par exemple que certaines choses

tombent, mais pas d’autres (soleil et lune notamment).

Anaximandre, au VIe siècle avant JC, est le premier scientifique à comprendre grâce à ses extrapolations géométriques que la terre n’est pas plate mais au moins en partie sphérique. Au IIe siècle avant JC, Aristarque découvre après lui que la terre tourne autour du soleil, qu’il imagine statique et au centre de l’univers. Sa vision est évidemment ignorée par ses pairs qui la jugent farfelue : personne ne peut croire que la terre bouge, précisément à cause du principe de la gravité puisqu’une pomme tombe de façon rectiligne, et non en courbe.

Extrait de Gravité Express
©Jo Jin-ho

En relatant par le détail chaque théorie avancée au fil de l’histoire (à travers de très nombreux portraits d’hommes plus ou moins connus du grand public), Gravité Express raconte d’abord comment les erreurs des plus grands scientifiques permettent de faire émerger les plus importantes découvertes : si Aristote, par exemple, a faux sur presque toute la ligne au sujet des corps célestes et de la gravitation, ses théories correspondent à l’expérience humaine de son époque, et elles ont pour première vertu de transmettre de nombreuses questions à ses pairs et à ses disciples.

C’est ainsi que Jo Jin-Ho choisit de raconter son histoire de la science : par lantransmission de connaissances sous formes d’intuitions et de démonstrations, interrogées sans relâche à l’aune de nouvelles découvertes par les générations qui suivent. Newton par exemple, prolonge la pensée de Galilée en la transposant dans un espace courbe, tandis que son maître se posait les mêmes questions dans un espace plat, la dimension sphérique de la terre étant à son époque une donnée non acquise.

La gravitation universelle, une théorie neuve

Au XVIIe siècle, Johannes Kepler fait de grandes avancées en démontrant trois lois mathématiques régissant les mouvements des planètes, validant l’intuition de Copernic. C’est en s’appuyant sur ces travaux qu’Isaac Newton parvient à démontrer le principe de la gravitation universelle, qui s’impose donc… il y a seulement trois cent ans, après plus de deux mille ans de recherche sur le sujet. Son énoncé ? La force d’attraction entre deux corps est relative à la distance et à la masse de ces deux corps, et les règles de mesure de la relation entre ces métriques sont universelles.

Extrait de Gravité Express
©Jo Jin-ho

Deux cent ans plus tard, Einstein ajoute une donnée supplémentaire à l’équation : le temps, et propose la théorie de la relativité restreinte. Il découvre également que l’espace est courbe, et que la résultante de la distorsion de l’espace n’est autre que la gravité. En 1915, la publication de sa Théorie de la relativité générale remet complètement en question trois millénaires de découvertes scientifiques, ouvrant une boîte de pandore dont vont s’emparer toutes les nouvelles générations de

physiciens, qui vont prolonger ses recherches fondamentales sur l’espace-temps.

Extrait de Gravité Express
©Jo Jin-ho

La question de la gravité semble aujourd’hui définitivement résolue. Mais cette histoire en BD de la recherche autour de son principe rappelle que chaque découverte scientifique expliquant un mystère s’accompagne de questions nouvelles, et que le travail de tout scientifique ne repose que sur les acquis des générations qui le précèdent, en avançant à partir des postulats - vrais ou faux - qui font consensus dans sa communauté. De fait, chaque principe scientifique édicté (a priori vérifié et certain s’agissant des sciences dites “dures”) semble avoir pour destin d’être un jour remis en perspective. Finalement, après Newton, la question de la gravité semblait déjà complètement résolue. Peut-être qu’un jour, quelque part, surgira un esprit brillant capable de bouleverser nos certitudes. Car, pas plus que l’espace ou le temps, la science ne connaît la finitude.

Extrait de Gravité Express
©Jo Jin-ho

● Gravité Express, de Jo Jin-Ho, Editions çà et là / collection Ginosko, 320 pages, 25 euros.

Crédits photo/illustration en haut de page :
Adrien Colrat

Soutenez Blast, le souffle de l’info

Likez, partagez, commentez

Vous souhaitez nous alerter sur un sujet ? Vous avez des infos qui vous semblent mériter que la rédaction de Blast les analyse, pour éventuellement enquêter dessus ?
Cette adresse mail vous est ouverte : enquetes.blast@protonmail.com (voir les instructions)