Droits de l'homme : un barrage fragile au totalitarisme et à l'horreur

Alors que les débats autour de la coupe du monde de football au Qatar font rage, que l’Italie est gagnée par un pouvoir « post-fasciste » et qu’une guerre d’aggression a été lancée sur le territoire européen, les droits de l’homme semblent au plus mal à l’échelle mondiale. En France, nous aimons rappeler un peu à qui veut l’entendre que nous sommes ce phare de la liberté dans un marécage de l’oppression. Nous aurions cette liberté chérie chevillée au corps, oubliant bien rapidement que la France c’est aussi le rétablissement de l’esclavage en 1803, la colonisation, la première guerre mondiale, la collaboration et l’Algérie. Nous sommes donc dans cette situation un peu étrange où nous sommes persuadés d’être le berceau et le flambeau des droits de l’homme, et pourtant, comme beaucoup, dès que quelque chose nous attire ou qu’on se sent menacés, les droits de l’homme ne valent plus grand chose dans la balance. C’est un véritable problème. Et pas seulement d’Histoire, de roman national ou de débat politique : la démocratie et les droits de l’homme sont devenus de telles évidences qu’on a tendance à oublier ce qu’ils veulent vraiment dire. Quelles conséquences, obligations et restrictions cela comporte et au regard de quels objectifs nous y avons consentis au travers de notre histoire démocratique et républicaine ? Autrement dit, c’est quoi les droits de l’homme, d’où ça vient et comment on en est arrivés là ?

Crédits photo/illustration en haut de page :
Blast, le souffle de l’info

Soutenez Blast, le souffle de l’info

Likez, partagez, commentez

Vous souhaitez nous alerter sur un sujet ? Vous avez des infos qui vous semblent mériter que la rédaction de Blast les analyse, pour éventuellement enquêter dessus ?
Cette adresse mail vous est ouverte : enquetes.blast@protonmail.com (voir les instructions)