Violences sexistes et sexuelles: la gestion des partis en question

Ces dernières années, les accusations d’agressions et violences sexistes et sexuelles envers des personnalités politiques se sont multipliées. Si ces affaires sont de natures et de gravité différentes, elles relèvent d’un même continuum de violences infligées aux femmes. Certains partis politiques, notamment ceux de gauche revendiquant leur engagement féministe, ont créé des organes de surveillance internes pour lutter contre les violences faites aux femmes. Mais les récentes polémiques révèlent que ces instance posent parfois autant de problèmes qu’elles n’en résolvent… Et les formations de gauche en ressortent fragilisées et discréditées… Les partis politiques eux-mêmes sont-ils réellement aptes à juger leurs membres ? Et est-ce vraiment leur rôle ? Que faire lorsqu’aucune plainte n’est déposée ? qu’aucune enquête judiciaire n’est ouverte ? Un code de déontologie peut-il être à la hauteur du combat contre les Violences sexistes et sexuelles ? C’est ce que nous allons tenter de comprendre, dans cette nouvelle vidéo pour Blast.

Crédits photo/illustration en haut de page :
Blast, le souffle de l’info

Soutenez Blast, le souffle de l’info

Likez, partagez, commentez

Vous souhaitez nous alerter sur un sujet ? Vous avez des infos qui vous semblent mériter que la rédaction de Blast les analyse, pour éventuellement enquêter dessus ?
Cette adresse mail vous est ouverte : enquetes.blast@protonmail.com (voir les instructions)