Qatar Connection : Quand la France et le Qatar programmaient la guerre en Syrie

Après la chute de Tripoli en septembre 2011 grâce à l’engagement militaire de la France - que Doha aurait financé, selon un document publié hier par Blast -, le Qatar a écrit le scénario de la chute espérée d’un autre dictateur, Bashar El-Assad, en présence d’un surprenant envoyé de la France : Bernard-Henri Lévy. C’est ce qu’indique un nouveau compte-rendu des autorités qataries, dont nous révélons le contenu.

* Des corrections prenant en compte les critiques reçues ont été apportées à l'article 

Pousser son avantage... Dans les écoles de guerre, la règle est d’or : avancer et imprimer le mouvement, quoi qu’il en soit, dès que la brèche est ouverte, pour profiter du contexte et marquer les esprits. Le 15 septembre 2011, quand il vient en Libye célébrer la prise de Benghazi, Nicolas Sarkozy l’a-t-il en tête, cette doctrine conquérante ?

Ce jour-là, accompagné de David Cameron, le Premier ministre britannique, et d’Alain Juppé, son ministre des Affaires étrangères, le chef de l’Etat français est aussi flanqué d’un autre homme. Son rôle justifie sa présence. L’homme s’est beaucoup démené pour convaincre le président de la République d’engager la France dans cette aventure. Bernard-Henri Lévy est aussi celui qui a préparé les esprits, multipliant les interventions dans les médias, où il a micro ouvert. Ce jeudi 15 septembre 2011, à Benghazi, dans l’effervescence d’une « libération », le philosophe/cinéaste/homme d’affaires jubile. Quelques jours plus tard, un convoi est intercepté sur la route de Syrte : le 11 octobre 2011, le « frère guide » Mouammar Kadhafi achève dans des conditions sur lesquelles la lumière n’a jamais été faite un parcours entamé quelques kilomètres plus loin, au milieu du désert où il est né 69 ans plus tôt. Pour la présidence française, le triomphe est total. Pour quel avenir ? C’est une autre histoire. Et en ces de jours de gloire, les parrains et financiers de l’opération libyenne, en France comme au Qatar, regardent vers un nouvel objectif.

Le 15 septembre 2011, après un discours, le président Nicolas Sarkozy s’offre un bain de foule. A ses côtés, Bernard-Henri Lévy savoure également le moment. Image France 3.


Un homme connu

Le nouveau document que nous révélons est aussi un compte-rendu de réunion, comme celui sur le déjeuner de l’Elysée de novembre 2010.  Il porte une date, le 20 septembre 2011, mais ne précise pas en revanche où elle s’est tenue.

Cette rencontre dont ce document fait état réunit le chef du gouvernement de Doha et un émissaire de Paris. L’homme qui fait face au Sheikh Hamad Bin Jassem Bin Jabr Al-Thani, président du conseil des ministres (et ministre des Affaires étrangères) est présenté comme étant le « conseiller et envoyé spécial de son Excellence le président Français Nicolas Sarkozy ». Il s’appelle... Bernard-Henri Lévy ! Le même homme présent à Benghazi 10 mois plus tôt. Et celui qui affirmait en avril dernier, alors que Blast venait de publier un premier document évoquant sa relation avec Doha, n’avoir « jamais eu le moindre contact, d’aucune sorte, avec le Qatar »... 



Sous la mention « Très confidentiel », la première des 5 pages du « Rapport de réunion » livre le nom des deux participants, dont celui du « conseiller et envoyé spécial » ainsi que la date de cette rencontre. Document Blast.
 Au nom du « partenariat »

La surprise, forcément, est de taille, d’autant que BHL avait également demandé à la justice de censurer notre enquête – une démarche soldée par un échec devant la 17ème chambre du tribunal de justice de Paris (1). Et les propos prêtés au globe-trotter écrivain par le procès-verbal que nous rendons public aujourd’hui ont de quoi donner le tournis : « Nous sommes fiers de notre partenariat avec vous, peut-on lire dans ce compte-rendu dans une intervention attribuée au médiatique philosophe. Nous avons réussi à atteindre nos buts communs en Lybie. La France n’oubliera pas l’énorme rôle qu’a joué le Qatar en vue d’assurer l’approvisionnent de l’Europe en énergie pour des décennies à venir, ni le rôle qu’il continue de jouer pour soutenir les révoltes des pays dans leur lutte pour la liberté et la démocratie et la construction d’un nouveau Moyen-Orient exempt de toute forme de dictature ». C’est au nom de ce « partenariat » que l’hôte du chef du gouvernement qatari pose, si on donne foi à ce procès-verbal, la prochaine étape : « Et il n’y aura de nouveau Moyen-Orient ni de stabilité qu’avec le départ du Président Al Assad et des autres régimes dictatoriaux de la région. »

Après quelques mots de bienvenue, « l’invité » du premier ministre qatari - comme le rapport de réunion désigne BHL - passe aux choses sérieuses. Et désigne la cible : le « Président Al Assad », dont il faut obtenir « le départ ». Document Blast.


Ecrire l’histoire

Après avoir écouté son invité, le président du conseil des ministres de la monarchie du Golfe prend à son tour la parole, selon ce scripte, pour dévoiler le plan qu’il compte mettre en œuvre pour renverser le président syrien. Des confidences, vu leur teneur, qui semblent témoigner d’un climat de totale confiance : « Nous avons convenu avec l’opposition que, dès le retrait des forces syriennes des villes et des villages, les organisateurs de manifestations appellent à descendre dans les rues et à occuper les places publiques dans les grandes villes et les autres villes à majorité sunnite. Assad va essayer de réprimer les manifestants, des opérations d’exécution - en particulier des vieillards et des enfants - devant les médias et les observateurs arabes vont susciter la colère du peuple ». Ce scénario de politique-fiction se fait de plus en plus précis : « Les funérailles des victimes vont servir de carburant à la révolution et à la violence et provoqueront des scissions à l’intérieur de l’armée et du pouvoir. A ce moment-là, les rebelles armés vont librement occuper les endroits où se trouvait l’armée et envahir les quartiers peuplés dans les villes, pour ainsi déplacer les combats des zones rurales à l’intérieur des villes, en particulier Damas et Alep ». Dans le chaos ainsi créé (espéré), le régime syrien sera pris au piège. Et tout s’enchaîne. « Alors, lit-on dans les lignes qui suivent du procès-verbal, des milliers de manifestants vont organiser des révoltes et appelleront à porter les armes dans les villes, où l’armée syrienne ne pourra pas déployer ses artilleries lourdes pour franchir les rues bondées de rebelles. Ceci va renforcer la rébellion à occuper encore plus de quartiers et d’endroits stratégiques des villes et s’imposer dans le pays. »

En réponse à « l’invité », qui veut savoir comment « changer l’équation dans le pays », le Sheikh Hamad Bin Jassem Bin Jabr Al-Thani déroule un plan en 5 points. Un scénario fascinant... Document Blast.


Loin des vérités de plateaux TV, la plongée dans ce bain de realpolitik se poursuit. Pour faire tomber le président El-Assad, le Sheikh Hamad Bin Jassem Bin Jabr Al-Thani entend profiter de ses faux pas. Il ne s’en cache pas et compte aussi, selon notre document, sur les erreurs commises par le régime syrien. « Nous allons faire retirer la délégation arabe avant qu’elle ne termine son travail pour que le régime syrien ne puisse pas exécuter le plan de la Ligue arabe de cesser la violence, que les civils ne soient pas protégés et que le régime syrien en porte l’entière responsabilité ». Tout doit être utilisé. Les médias, en tant que relais d’opinion, seront des pièces essentielles du dispositif. « Cela devrait être suivi d’opérations d’escalades médiatiques pour susciter des sentiments d’hostilité des peuples occidentaux et arabes envers le Président Assad, sa famille et tous ses amis proches et ainsi, leur faire endosser la responsabilité d’assassinat et des crimes à l’encontre des manifestants […] ».

Anéantir Assad

 Le compte-rendu de cette rencontre laisse par ailleurs entrevoir d’autres cartes, dans le jeu des adversaires du raïs syrien : « La dernière solution pour anéantir Assad, poursuit Sheikh Hamad Bin Jassem Bin Jabr Al-Thani selon le compte-rendu, est de soutenir l’armée libre et les rebelles avec les armes, notamment les armes qualitatives, pour créer un équilibre de dissuasion et leur envoyer du renfort par des combattants et des djihadistes étrangers très expérimentés ; ainsi que par la création de camps militaires dans les pays frontaliers, notamment en Israël, pour entraîner les militants armés et former les volontaires et leur apporter un soutien logistique comme c’est le cas en Turquie, et leur ouvrir des couloirs d’accès en Syrie en toute sécurité. »

Damas, chemin médiatique

 D’après le compte-rendu de la rencontre, BHL préfère se concentrer sur les aspects pratiques, et notamment financiers : « Vous n’avez qu’à fournir l’argent et nos réseaux médiatiques et de sécurité s’occuperont - dès le retrait des forces syriennes - de l’envoi de milliers de messages téléphoniques et par mails, et les chaînes (télévisées) appelleront le peuple syrien et la communauté sunnite à saisir l’opportunité de la présence des médias étrangers et des observateurs arabes pour descendre dans les rues et occuper les places publiques des grandes villes, surtout Damas et Alep. »

 

En fin de page 4 du procès-verbal, « l’invité » demande au chef du gouvernement de Doha de financer les opérations de soutien françaises. Elles visent notamment à faire grossir les rangs des opposants à al-Assad, qui doivent s’insurger. Document Blast.
 Il y aurait bien une solution


Bernard-Henri Lévy, c’est ce qu’on peut lire, a aussi des idées en matière de stratégie militaire. Pour gonfler les rangs des insurgés syriens, il y aurait bien une solution : « Les forces françaises en Libye ont fini d’entraîner un grand nombre de combattants libyens sous le commandement de Mr Harati et ils seront bientôt envoyés en Syrie pour aider l’armée libre. Je parlerai au Président Sarkozy de la possibilité de leur fournir les armes convenables et je parlerai à mes amis en Tchétchénie pour qu’ils envoient des combattants expérimentés. »

Un scénario visionnaire

Ce « Mr Harati » évoqué par BHL, selon ce document qatari, s’appelle Abdel Mehdi al-Harati : membre de la brigade de Tripoli, ce Libyen a participé à la prise de la capitale, en août 2011. Et il s’est effectivement retrouvé en Syrie dans les rangs de la rébellion armée, comme l’a raconté en novembre 2011 la journaliste Edith Bouvier, dans un reportage publié par Le Figaro

Mais ce n’est pas le seul point du plan franco-qatari dévoilé dans ce document qui s’est concrétisé. En effet, de la fin 2011 au début 2012, la suite des évènements collent également au scénario élaboré au cours de cette rencontre secrète. Ainsi, le 2 novembre 2011, la Syrie et la Ligue arabe signent un accord pour faire cesser la violence et retirer l’armée des villes. Mais dès le 8 novembre, la même Ligue constate qu’il n’est pas respecté par le gouvernement syrien : le 12 novembre, l’organisation prononce l’exclusion de la Syrie. Quelques semaines passent et fin décembre 2011, le régime de Bashar El-Assad accepte sa proposition de déployer des observateurs sur le terrain, pour mettre fin aux violences.Mais face à la poursuite de la guerre civile, nouveau volte-face : la Ligue arabe retire ses observateurs fin janvier 2012... 

Un décalque

Rétrospectivement, la lecture conjuguée de ces faits historiques et de ce compte-rendu révélé par Blast interroge. Durant toute cette période, le... Qatar est à la manœuvre : en effet, l’émirat préside la Ligue arabe jusqu’en mars 2012 ! L’implication de la monarchie et son influence sur le déroulement de la guerre en Syrie ont été d’ailleurs parfaitement analysées par David Rigoulet-Roze, chercheur à l'Ifas spécialiste du Moyen-Orient - dans la revue Géoéconomie (numéro 3 - 2012).

 Une conséquence bien tangible 

Au final, au banc d’essai de l’Histoire, il n’y a que sur un point que l’émirat s’est trompé. Il s’est révélé décisif, empêchant son plan d’aboutir : le Qatar espérait faire plier la Russie pour éviter qu’elle ne soutienne militairement le régime syrien. C’était mal connaître Vladimir Poutine et l’idée qu’il se fait des intérêts stratégiques de son pays. En revanche, le soutien militaire et financier orchestré par Doha, auquel d’autres pays arabes comme l’Arabie Saoudite ont contribué, a eu une conséquence bien tangible : il a permis aux groupes terroristes islamistes Front Al-Nosra (la branche syrienne d’Al Qaeda) et Daech de voir leurs rangs grossir rapidement. Quelques années plus tard, le Qatar sera d’ailleurs officiellement accusé de financer Daech. Des accusations portées après les attentats sanglants commis par le groupe terroriste islamiste un peu partout dans le monde, et notamment en France, le 13 novembre 2015...



La dernière page du compte-rendu de la réunion du mardi 20 septembre 2011 s’achève avec cette dernière intervention du président du conseil des ministres qatari : « et nous nous chargerons d’apporter le soutien financier demandé ». Elle porte la signature d’Abdullah Bin Eid Al-Sulaiti, son directeur de cabinet. Document Blast.

Devant ce tableau terrible, une question brûle les lèvres : sans l’aide de la France, pour renforcer les insurgés syriens (après avoir agi de la même façon en Libye), tout cela aurait-il été possible ? Ce simple énoncé semble porter à lui seul la réponse. Pour des intérêts cachés, Paris, comme les nombreuses pièces rendues publiques par Blast depuis des mois l’ont documenté, a choisi de décalquer et d’aligner sa politique étrangère à celle d’un minuscule Etat, riche à milliards du gaz sur lequel il est assis. Cette histoire secrète, c’est celle de la Qatar connection.

(1). Le 22 septembre, Bernard-Henri Lévy a été débouté, dans un jugement qui l’a condamné à payer 3 000 euros à Blast au titre des frais de justice. Une décision exécutoire dont il ne s’est pas acquitté, à ce jour. Le patron de la revue La règle du jeu a fait appel de la décision.

Pour aller plus loin : 

Qatar connection, les épisodes de l’enquête 

1 : Les documents qui visent Carla Bruni-Sarkozy, BHL et Laurent Platini

2 : Jours tranquilles à Tripoli

3 : Deux ministres au cœur de l’affaire

4 : BHL au centre du jeu Qatar

5 : Comment le Qatar s’est offert la Coupe du monde 2022

6 : Le courrier qui accable Doha dans le financement du terrorisme au Sahel

7 : Vol de corbeaux et nid d’espions autour des révélations de Blast

8 : BHL vs Blast : à l’épreuve de la justice

9 : BHL débouté contre Blast

10 : La liste des cadeaux de l’émir à Nicolas Sarkozy, Claude Guéant et Michel Platini

11 : Comment le Qatar s’est offert la Coupe du monde de football (bis)

12 : Comment le Qatar s’est offert les Mondiaux d’athlétisme

13 : Benjamin Netanyahu, le très cher ami israélien

14 : Michel Platini, dans les petits papiers de l’émir

15 : Jean-Marie Le Guen, un secrétaire d’État au service de l’Émir

16 : Quand la France et le Qatar programmaient la guerre en Libye

Les émissions autour de l’enquête :

Crédits photo/illustration en haut de page :
(c) Adrien Colrat / Blast

Soutenez Blast, le souffle de l’info

Likez, partagez, commentez

Vous souhaitez nous alerter sur un sujet ? Vous avez des infos qui vous semblent mériter que la rédaction de Blast les analyse, pour éventuellement enquêter dessus ?
Cette adresse mail vous est ouverte : enquetes.blast@protonmail.com (voir les instructions)