Qatar connection : comment le Qatar s’est offert la Coupe du monde de football (bis)

Six mois avant la désignation du pays hôte de la Coupe du monde 2022, l’émirat gazier a voulu remercier financièrement 14 dirigeants de la FIFA : membres du comité exécutif, leur vote en sa faveur a été décisif, fin 2010. Comme l’atteste un document que nous publions, 35 millions de dollars ont été mobilisés pour ces commissions, sur décision du Premier ministre qatari. Le président (également qatari) de la Confédération asiatique de football (AFC) a été chargé de leur répartition.

Le 15 mai dernier, Blast lance un pavé : document à l’appui, le jeune média révèle comment le Qatar a convaincu une majorité des membres du comité exécutif de la FIFA de voter, le 2 décembre 2010, en faveur de sa candidature à l’organisation de la Coupe du monde 2022. Comme notre article le détaillait, dès janvier 2009, la monarchie met la main à la poche : 15 membres du comex se répartissent ainsi quelque 22,6 millions d’euros. Depuis la parution de cette enquête au printemps, ni la FIFA ni le Qatar n’ont démenti nos informations.

A l’époque, il y a plus de dix ans, le choix des dirigeants du football mondial, au profit du pays du Golfe, avait surpris tous les observateurs, les Etats-Unis étant donnés grands favoris. Personne n’avait imaginé que le petit émirat gazier fasse de la corruption à grande échelle, pour soutenir ses ambitions.

Nouveau virement

Quatre mois après l’article de mai, alors que nous avons continué de travailler et documenter d’autres volets de notre enquête qatarie, Blast est en mesure de révéler que cette opération de corruption active du gouvernement du football mondial ne s’est pas arrêtée là. Le nouveau document que nous publions indique que le Qatar aurait en effet effectué un second virement – celui-ci destiné cette fois aux 14 membres du comité exécutif favorables à sa candidature.

En échange du vote

Le courrier à l’entête de la QNB, la Qatar National Bank, date du 21 juin 2010. Il est signé Ali Sharif Al-Emadi, alors président exécutif de la banque. Ali Sharif Al-Emadi écrit au Sheikh Hamad Bin Jassim Bin Jabr Al-Thani, président du conseil des ministres et ministre des Affaires étrangères. A travers sa lettre, il a « le plaisir d’informer [son] Altesse que, sur la base de [ses] recommandations du 15/06/2010, la somme de 35.000.000 de dollars américains (trente-cinq millions de dollars américains) a été transférée sur le compte de la société de construction Kemco Group depuis le compte de Qatar Investment Authority domicilié à la Qatar National Bank ». « Cette somme, précise le banquier, est la commission des 14 membres du Comité exécutif de la FIFA en échange du vote en faveur du dossier du Qatar pour organiser le mondial 2022. »

La lettre adressée par le président de la Qatar National Bank au Sheikh Hamad Bin Jassim Bin Jabr Al-Thani


Chevilles ouvrières

Kemco Group, la société citée, appartient à Mohamed Ben Hammam Abdallah. Proche de l’émir, cet homme d’affaires est président de la Confédération asiatique du football - il l’a dirigée de 2002 à 2011 - et membre également du comité exécutif de la FIFA. Les mêmes Kemco et Mohamed Ben Hammam Abdallah apparaissaient déjà comme les chevilles ouvrières des premières commissions versées en janvier 2009 aux 15 membres du comité exécutif (celles des premières révélations de Blast, en mai).

Si l’on en croit les deux documents en notre possession, le Qatar aurait consacré au total 57,6 millions d’euros pour s’assurer une majorité des votes au comité exécutif de la FIFA, l’organisme alors tenu d’une main de maître par Sepp Blatter. Un beau pactole mais… peut être pas le seul.

La signature de Nasser

A cette somme, pourraient en effet s’ajouter d’autres commissions : dans un article publié vendredi dernier, le 24 septembre, nous dévoilons deux autres documents selon lesquels le prince héritier Tamin (émir du Qatar depuis juin 2013) aurait souhaité remercier le président Nicolas Sarkozy pour son soutien à l’attribution de la Coupe du monde et au rachat du PSG (en lui attribuant 15 millions d’euros, d’après ces pièces).  L’un de ces deux documents publiés en exclusivité par Blast porte la signature de Nasser Al-khelaifi, l’omniprésent président du PSG version qatarie.

Le ministre et… l’effet Blast

Pour bien mesurer la nature des éléments que nous apportons aujourd’hui dans ce dossier, il est nécessaire de préciser quelques détails sur le curriculum vitae du signataire du nouveau document que nous rendons public : après son mandat à la tête de la Qatar National Bank, ce même Ali Sharif Al-Emadi a siégé à la table du gouvernement à Doha, en tant que ministre des Finances pendant près de 8 années – une remarquable longévité à un poste aussi sensible. Ce bail entamé en juin 2013 s’est brutalement arrêté en mai dernier quand Ali Sharif Al-Emadi a… été arrêté et destitué, officiellement pour… corruption. Quelques jours seulement après nos premières révélations sur la diplomatie parallèle et l’argent secret de l’émirat.

Sur la foi de ces éléments, nous avons contacté la FIFA - à son siège de Zurich, en Suisse. Nous souhaitions avoir la réaction de son président, l’italo-suisse Gianni Infantino, successeur de Blatter, et savoir si la Coupe du monde pouvait toujours se dérouler au Qatar face à une telle situation, avec la mise à nu d’un système corruptif à grande échelle mis en place par l’émirat pour obtenir la compétition. Nous n’avons reçu aucune réponse.

Nous avons également sollicité l’ambassade du Qatar à Paris, pour obtenir un commentaire sur nos informations. Comme pour les précédents volets de notre enquête, elle n’a pas réagi. En revanche, nous avons appris que ses services ont contacté plusieurs médias français après la publication de notre article de vendredi dernier. Pour évoquer ce lourd sujet ? Non, ou pas encore : officiellement, il s’agit d’organiser un voyage de presse à Doha courant octobre pour visiter les installations qui accueilleront la Coupe du monde l’année prochaine. L’occasion peut-être pour nos confrères d’avoir quelques réponses sur nos documents et sur les soupçons de corruption à la FIFA…

Crédits photo/illustration en haut de page :
Adrien Colrat / Blast

Soutenez Blast, le souffle de l’info

Likez, partagez, commentez

Vous souhaitez nous alerter sur un sujet ? Vous avez des infos qui vous semblent mériter que la rédaction de Blast les analysent, pour éventuellement enquêter dessus ?
Cette adresse mail vous est ouverte : enquetes.blast@protonmail.com (voir les instructions)